Objectif plein emploi en 2025

Après avoir fait campagne en promettant de ramener le taux de chômage à 7 % de la population active d’ici 2022, Emmanuel Macron a annoncé lors de sa conférence de presse du 25 avril souhaiter fixer pour la France un objectif plein emploi en 2025. Retour sur cette annonce.

2022 : une première étape clé

Réussir à ramener le taux de chômage à 7 % d’ici la fin du quinquennat : c’est un des plus grands défis que s’est fixés Emmanuel Macron. Estimé à 8,8 % en février 2019, le chômage est certes au plus bas depuis 10 ans mais il y a encore un long chemin à parcourir. Ces 7 %, la France ne les a en effet pas atteints depuis 1983. Grâce au Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) et au pacte responsabilité de la mandature précédente mais aussi à une croissance de 2,8 % fin 2017, Emmanuel Macron a pu compter en début de quinquennat sur la coopération des entreprises. 350 000 emplois ont ainsi été créés. Mais depuis, l’économie française n’a connu qu’une croissance de 1 % en 2018 et de 0,3 % sur le premier trimestre de 2019 : les 7 % restent un cap très optimiste malgré la mobilisation pour l’emploi. Alors l’objectif plein emploi en 2015, est-ce possible ?

Objectif plein emploi en 2025 : à quoi cela ressemblerait ?

C’est certainement la déclaration qui a eu le plus de retentissement lors de la conférence de presse du 25 avril : un objectif plein emploi en 2025. Mais au-delà de l’effet d’annonce, que cela signifie-t-il ? Plus personne ne sera au chômage ? C’est un peu plus compliqué que cela.

Un taux de chômage de 0 % est impossible à atteindre. En effet, le marché du travail ne cesse d’évoluer. L’objectif plein emploi verra toujours du chômage dû à différents paramètres. Le chômage frictionnel entre deux contrats de travail et structurel (suite à des changements profonds du paysage économique) sont en effet inévitables. Le retour au plein emploi en 2025 pourrait donc signifier l’éradication du chômage conjoncturel. De manière plus réaliste et comme théorisé par l’économiste Jean Pisani Ferry, l’objectif plein emploi en 2025 serait « une situation où le nombre de places vacantes est supérieur au nombre de candidats à un emploi et où les places sont telles et localisées de telle façon que le chômage se ramène à de brefs intervalles d’attente ».

Le plein emploi : de la théorie à la pratique

Selon l’Organisation Internationale du Travail, le plein emploi doit rassembler 3 caractéristiques :

  • Proposer du travail à toutes les personnes souhaitant travailler et en recherche d’un emploi
  • Que ces personnes obtiennent un travail aussi productif que possible
  • Que ces personnes aient la liberté de choisir un emploi qui convient le mieux à leurs compétences.

Même en tenant son objectif plein emploi en 2025, Emmanuel Macron ne pourra donc prétendre à un taux de chômage de 0 %. Si l’on prend en compte les critères définis par l’organisation internationale, le chômage structurel encore très présent en France et frictionnel, l’objectif plein emploi en 2025 pourrait être considéré comme atteint avec un taux de chômage de 5 %. Pour réussir son pari, Emmanuel Macron devra donc faire baisser le chômage d’au moins 3,8 points… Et être réélu en 2022.

Publicité




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *