Mobilisation pour l’emploi : Edouard Phillipe et les partenaires sociaux

Dans la continuité du Grand Débat, Edouard Philippe a invité les partenaires sociaux à Matignon le 6 mai. L’objectif : leur exposer les grands projets du gouvernement dont la mobilisation pour l’emploi fait partie et recueillir leurs impressions et suggestions.

Un changement de stratégie

Depuis le début du quinquennat, les rapports entre les partenaires sociaux et le gouvernement sont tendus. Syndicats, patronat, organisations environnementales et associations des élus locaux ont tour à tour dénoncé un Exécutif peu amène et peu enclin à prêter une oreilles attentives aux différentes revendications. Alors que les conclusions du Grand débat ont été divulgué, Edouard Philippe semble vouloir changer la donne. C’est ainsi que lundi 6 mai, les partenaires sociaux (syndicats et patronat) et représentants des élus territoriaux ont été reçus à Matignon afin de renouer des relations constructives et évoquer les grands projets de cette deuxième moitié de quinquennat.

Mobilisation pour l’emploi (Istock)

La mobilisation pour l’emploi, c’est quoi ?

Lors de cette réunion, Edouard Philippe a présenté aux partenaires sociaux le projet de mise en place d’une « mobilisation nationale et territoriale autour de la formation, l’emploi et les grandes transitions écologique et numérique ». Le Premier Ministre a ainsi inscrit à la liste des discussions la promotion de l’apprentissage. L’idée est de faire naitre de nouvelles vocations et de faciliter la vie des apprentis souvent confronter à des problèmes de logement et de transport. L’un des objectifs de la mobilisation pour l’emploi est de comprendre pourquoi certains postes ne sont pas pourvus et les difficultés rencontrées par le chômeurs pour retrouver un emploi. Un large spectre de sujets relatifs à ces questions a été évoqué comme les problématiques relatives à la garde d’enfants et aux transports. Pour une partie des syndicats, l’instauration d’une prime de mobilité obligatoire et défiscalisée pourrait être une solution.

Edouard Philippe et les partenaires sociaux : vers la réconciliation ?

Cette réunion entre Edouard Philippe et les partenaires sociaux n’est que le début. Matignon affirme en effet que la mobilisation pour l’emploi, la formation et les grandes transitions écologique et numérique doit ensuite « descendre sur les territoires, dans les régions et les bassins d’emploi ». Une fois les propositions faites en juin, un agenda de mesures devrait voir le jour en septembre.

Si Philippe Martinez, leader de la CGT, a déploré que le gouvernement impose les sujets de discussion et donc boycotté la rencontre tout comme l’union syndicale Solidaires, de nombreux partenaires sociaux se sont félicités de cette initiative. Pour Geoffroy Roux de Bézieux (Medef), « si c’est un coup d’envoi pour des rencontres opérationnelles, très bien ». Laurent Berger (CFDT) y voit aussi une occasion de « mettre le pied dans la porte et pousser [ses] propositions ». C’est ainsi que la suggestion du syndicat d’ajouter à la liste des sujets la rénovation thermique des bâtiments a été acceptée par le Premier Ministre. Ce dernier montre ainsi sa volonté de changer de cap dans sa relation avec les partenaires sociaux. Dernier bémol, celui émis par Michel Beaugas (Force Ouvrière) qui ne comprend pas que l’on consulte les partenaires sociaux sur l’apprentissage alors qu’une loi a récemment été votée.

La mobilisation pour l’emploi semble prometteuse, l’agenda sera chargé pour Edouard Philippe et les partenaires sociaux dont les relations semblent désormais apaisées. Reste à savoir si elles resteront au beau fixe dans les mois à venir.Publicité




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *