Êtes-vous victime de Brown-out ?

 

 

Après avoir pris connaissance des symptômes du  burn-out, voilà venu le temps du brown-out ! Cette nouvelle typologie de souffrance au travail est à prendre très au sérieux. Le brown-out se définit comme une perte totale de motivation et d’engagement au travail causée par des tâches jugées absurdes et inutiles. Voici les symptômes qui doivent vous alerter.

1. Le symptôme de base du brown-out : la perte d’intérêt

Si vous travaillez de longues heures sans éprouver aucun intérêt, aucun plaisir aux tâches que l’on vous donne, c’est un signe de brown-out. Vous avez l’impression que ce que vous faites est totalement absurde, sans aucune utilité.

Homme victime de brown-out (Istock)

Homme d’affaires sans motivation (Istock)

2. Vous pensez que votre carrière ne vous mène nulle part

Autre symptôme fort du brown-out : vous avez l’impression que vous n’avancez plus dans votre entreprise. Que votre carrière stagne, que vous n’êtes plus du tout certain que vous comptez, que vous êtes important. Un peu comme lorsque une personne est mise dans un placard. Elle a un travail, une paye, mais a le sentiment que tout ce qu’elle fait ne sert à rien.

3. Une chute d’énergie

La moindre réunion entre collègues vous demande trop d’effort ? Les rendez-vous clients sont devenus laborieux ? En somme, vous manquez cruellement d’énergie et d’allant ? Il s’agit là encore d’un signe qui doit vous alerter sur un très possible syndrome de brown-out.

Homme victime de brown-out devant son ordinateur (Istock)

Homme fatigué (Istock)

4. Les autres symptômes du brown-out

Très proche de la dépression, le brown-out se manifeste par d’autres symptômes : perte d’intérêt pour la vie de famille et la vie sociale, une nette baisse de la forme physique et vous vous demandez si votre boss apprécie toujours votre travail.

Autant de signes qui doivent vous alerter et vous pousser à agir. En parler avec votre entourage mais aussi avec votre patron et le service RH est une bonne chose. N’hésitez pas non plus à consulter un psychologue car le brown-out n’est pas une fatalité !

 

 

 

Publicité




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *